mercredi 21 décembre 2011

La délicatesse, David Foenkinos

LA très bonne surprise de cette fin d’année.

Une amie vient me voir un jour en me remerciant de lui avoir conseillé ce livre. Malgré mes conseils et goûts toujours avisés, ce n’était pas moi qui lui avait parlé de la Délicatesse.
Il s’est avéré que c’est quelqu’un d’autre qui lui avait parlé d’un autre livre. Bref, un quiproquo heureux.
Et, hasard ou coïncidence (suspens… j’vais peut-être me lancer dans l’écriture de thriller moi !), il m’est arrivé à peu près la même chose.
Je voulais acheter l’autre (dont je ne me rappelle pas le nom) et j’ai pris celui-ci.

Comme quoi…

Parfait. Juste. Fin. Drôle. Frais. Pétillant. Je dirais même délicat !
What else ?
C’est du Gavalda avec de l’humour en plus (je suis fan des passages ou l’auteur part dans ses délires, suit sa pensée sans aucun lien avec l’histoire…), du Delerm en plus léger.
Une tuerie !
A lire absolument ! Je n’en rajoute pas, je ne veux pas devenir le Patrick Sebastien du web…

Carol, je t’attends pour aller le voir au ciné ! En espérant que ça soit aussi bon !
(bien que je ne vois pas comment ils pourront donner une place à l’auteur… On verra)

PS : ceci me permet d’aborder une question ô combien importante. Lors d’une adaptation d’un roman sur grand écran, vaut-il mieux lire le bouquin avant d’aller voir le film ? Perso, je dirai oui. Même si on est alors généralement déçu du résultat, cela laisse plus de place à l’imagination. Dans l’autre sens, il est très difficile de sortir des images du film. Non ? Qu’en pensez-vous ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire